Saturday, December 10, 2022
HomeFrench NewsAffaire Damien Abad : la méprise d’Emmanuel Macron

Affaire Damien Abad : la méprise d’Emmanuel Macron





La lecture des articles est réservée aux abonné·es.

Se connecter

« Je vais être très claire : sur tous ces sujets de harcèlement, d’agressions sexuelles, il ne peut y avoir aucune impunité. […] Je peux vous assurer que s’il y a de nouveaux éléments, si la justice est à nouveau saisie, on tirera toutes les conséquences. » Voilà ce que déclarait la première ministre Élisabeth Borne, au lendemain des révélations initiales de Mediapart, le 21 mai, sur Damien Abad.

Près d’un mois plus tard, ce sont désormais trois femmes qui accusent le ministre des solidarités de faits graves de violences sexuelles – deux fois pour viol, une fois pour tentative de viol –, dans une enquête étayée par de nombreux autres témoignages et par plusieurs récits de SMS insistants. Notre enquête révèle aussi que le ministre a contacté, le lendemain de sa nomination et le jour de nos premières questions, une des femmes, membre du parti Les Républicains, qui l’accuse de comportement déplacé.

Emmanuel Macron à Gaillac (Tarn) le 9 juin 2022. © Picture Caroline Blumberg / Pool / AFP

Mais la première ministre n’est plus « très claire ». Elle reprend désormais le raisonnement nébuleux de celui qui, à l’Élysée depuis 2017, fixe la ligne en la matière : se parler « d’homme à homme », saluer « la vie de jeune homme », renvoyer les interpellations des mouvements féministes à des paroles minoritaires d’un supposé « tribunal médiatique » et fixer pour seule boussole, la justice pénale.

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Most Popular

Recent Comments